Une entreprise néerlandaise développe une fourrure cultivée

L’entreprise néerlandaise Geneus Biotech développe, grâce à l’agriculture cellulaire, de la fourrure cultivée sans cruauté, un nouveau biomatériau identique en tout point à la vraie fourrure.

Geneus Biotech, entre­prise néer­landaise, est en train de met­tre au point une alter­na­tive à la four­rure des ani­maux. En col­lab­o­ra­tion avec des sci­en­tifiques de l’u­ni­ver­sité d’Am­s­ter­dam, elle utilise l’a­gri­cul­ture cel­lu­laire pour créer une matière entière­ment cru­el­­ty-free. Breveté sous le nom Furoid, le bio­matéri­au veg­an est fab­riqué selon un proces­sus sim­i­laire à celui util­isé par les fab­ri­cants de viande cul­tivée. Geneus Biotech exploite ain­si en lab­o­ra­toire des cel­lules ani­males nour­ries avec des nutri­ments. Elle recrée ensuite, à l’aide d’une imp­ri­mante 3D, les tis­sus naturels que l’on trou­ve dans la four­rure animale.

Le matéri­au serait ain­si 100% sans ani­maux, sans abattage et se révèlerait même beau­coup plus écologique que la four­rure clas­sique. Le pro­duit final ressem­blerait par­faite­ment à de la four­rure d’an­i­mal, et présen­terait les mêmes qual­ités en ter­mes de résis­tance et de chaleur.

Un marché du poil cultivé

De nom­breuses mar­ques dans le monde se détour­nent de la four­rure, mais Maria Zakur­nae­va, à la tête de l’équipe en charge de Furoid, croit à ce pro­duit : “la four­rure est la quin­tes­sence du luxe, il y aura donc tou­jours des gens qui voudront mon­tr­er leur statut au monde extérieur”. Si la four­rure cul­tivée se veut plus écologique, Geneus Biotech affirme que cette nou­velle matière issue de l’a­gri­cul­ture cel­lu­laire offre d’autres qual­ités, dont celle d’être hypoal­lergénique, à la dif­férence de beau­coup de four­rures ani­males présentes sur le marché.

Comme l’on peut le voir sur son site, Geneus Biotech ne s’ar­rête pas à la four­rure. L’en­tre­prise s’es­saie ain­si à dévelop­per dif­férents matéri­aux cru­el­­ty-free comme de la laine cul­tivée et même des cils et des cheveux humains. Elle tente égale­ment de dévelop­per des ali­ments sans souf­france comme des œufs ou du caviar cultivés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Mer­ci de commenter
Insérez votre nom ici

Vous aimerez aussi

Le meilleur de
     Vegan Magazine ✨ 

Pour être au courant des dernières actualités, événements et bons plans trouvés pour vous.

Fermer la fenêtre

Merci !