Leonardo DiCaprio investit dans deux entreprises de viande cultivée

L’acteur et environnementaliste devient investisseur et conseiller dans deux entreprises de viande cellulaire. Son ambition ? Sauver la planète et aider au développement de la viande bovine durable.

Leonar­do DiCaprio n’est pas seule­ment célèbre pour ses rôles au ciné­ma mais égale­ment pour ses engage­ments écologiques. L’acteur veut sauver la planète et prof­ite de sa notoriété pour agir. Il vient ain­si d’investir dans les entre­pris­es pio­nnières Mosa Meat des Pays-Bas et Aleph Farms d’Israël. Ces start-ups cherchent à dévelop­per de la viande cel­lu­laire et ain­si faire décroître les coûts envi­ron­nemen­taux liés à la viande traditionnelle.

Mosa Meat et Aleph Farms, des entreprises novatrices

Créer de la viande cul­tivée con­siste à nour­rir des cel­lules prélevées sur un ani­mal afin qu’elles se mul­ti­plient et créent des tis­sus mus­cu­laires. L’un des attraits de ce proces­sus est qu’il crée de la viande réelle sans avoir à abat­tre les ani­maux. Cepen­dant cer­taines ques­tions con­cer­nant l’éthique ani­male demeurent.

Aleph Farms et Mosa Meats tra­vail­lent spé­ci­fique­ment sur le bœuf de cul­ture et se sont illus­trées grâce à des avancées spec­tac­u­laires. Mosa Meat a créé le pre­mier ham­burg­er de bœuf cul­tivé au monde en 2013. Depuis, la start-up a recueil­li des mil­lions de dol­lars pour réduire le coût de sa pro­duc­tion et pour ten­ter d’éliminer de son proces­sus l’utilisation de sérum fœtal bovin, très con­tro­ver­sé. L’entreprise souhaite aus­si s’agrandir. Elle lance notam­ment une usine pilote à Maas­tricht pour pro­duire à une échelle indus­trielle. Elle espère com­mer­cialis­er ses pro­duits de bœuf cul­tivé après l’obtention de l’approbation régle­men­taire européenne. Sin­gapour est en 2021 le seul pays au monde à autoris­er la vente de viande cultivée.

Aleph Farms quant à elle, a créé le pre­mier steak de bœuf haché cel­lu­laire en 2018. L’entreprise a même réus­si à fab­ri­quer son pro­duit sur la Sta­tion spa­tiale inter­na­tionale en 2019. Cela avait pour but de prou­ver que la tech­nolo­gie peut créer de la nour­ri­t­ure avec des ressources naturelles très lim­itées. L’entreprise a aus­si pour ambi­tion de fab­ri­quer ses steaks à grande échelle. Pour cela, elle con­stru­it une instal­la­tion de pro­duc­tion qui sera opéra­tionnelle d’ici 2022 selon elle.

« L’une des façons les plus per­cu­tantes de lut­ter con­tre la crise cli­ma­tique est de trans­former notre sys­tème ali­men­taire », résume Léonar­do DiCaprio. « Mosa Meat et Aleph Farms offrent de nou­velles façons de sat­is­faire la demande mon­di­ale de bœuf, tout en réglant cer­tains des prob­lèmes les plus pres­sants de la pro­duc­tion indus­trielle actuelle de bœuf. »

L’engagement écologique de Leonardo DiCaprio

En tant qu’écologiste, DiCaprio utilise son statut de célébrité pour sen­si­bilis­er à l’impact envi­ron­nemen­tal désas­treux de l’agriculture ani­male. Régulière­ment, l’acteur exhorte ses dizaines de mil­lions d’abonné·es Twit­ter et Face­book à réduire leur con­som­ma­tion de viande pour lut­ter con­tre la crise climatique.

Cet engage­ment n’est pas nou­veau et l’acteur a déjà investi aupar­a­vant dans des entre­pris­es d’alimentation durable. Il a été un des pre­miers investis­seurs de Beyond Meat et a depuis investi dans d’autres entre­pris­es végé­tal­i­ennes, comme la mar­que de lait végé­tal­ien Cal­i­fia Farms, HIPPEAS ou encore Per­fect Day.

Leonar­do DiCaprio est égale­ment impliqué dans le nou­veau film, Eat­ing Our Way to Extinc­tion, sur les effets envi­ron­nemen­taux de l’agriculture ani­male sur la planète. « C’est le film que les généra­tions futures voudront voir aujourd’hui », a‑t‑il déclaré dans la bande-annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Mer­ci de commenter
Insérez votre nom ici

Vous aimerez aussi

Le meilleur de
     Vegan Magazine ✨ 

Pour être au courant des dernières actualités, événements et bons plans trouvés pour vous.

Fermer la fenêtre

Merci !