Jane Goodall soutient la viande cultivée dans le film Meat the Future

Après s’être battu pendant 60 ans pour sauver la planète, la célèbre primatologue poursuit son engagement et participe à Meat the Future, un nouveau film sur la viande cultivée.

Meat the Future, la prochaine révolution agricole sera cellulaire !

Jane Goodall, écologiste de renommée mondiale, sera la narratrice du film Meat the Future. Ce dernier donne à voir des perspectives pour la prochaine révolution agricole où les humains n’abatteront plus les animaux pour se nourrir. La réalisatrice du film est la cinéaste Liz Marshall, déjà primée pour son film sur les droits des animaux Ghosts in Our Machine.

Le documentaire suit l’entreprise de viande cellulaire Upside Foods (anciennement appelée Memphis Meats). Celle-ci mène des recherches afin de rendre obsolète l’agriculture animale traditionnelle. Fondée par le cardiologue Uma Valeti, Upside Foods utilise une petite quantité de cellules animales et les cultive dans un bioréacteur. Le résultat est une viande durable qui ne partage pas les inconvénients inhérents à la viande traditionnelle.

Meat the Future a suivi Upside Foods pendant cinq ans. De la création de la première boulette de viande cultivée qui a coûté 18 000 $ à produire jusqu’à un filet de poulet et un canard à l’orange qu’elle a fabriqué pour deux fois moins. L’objectif ? Montrer que la prochaine révolution agricole prend forme.


De plus, la start-up a signé cette année son premier partenariat avec Dominique Crenn. C’est la première femme aux États-Unis à recevoir trois étoiles au guide Michelin.

Le film a été présenté pour la première fois au Festival du film Hot Docs 2020 au Canada. Depuis, une mise à jour de Meat the Future a inclus des actualités récentes, la musique de Moby et la narration de Jane Goodall.

Jane Goodall s’engage en faveur de la viande cultivée à la COP 26

Durant la prochaine COP 26 à Glasgow, l’éthologue de 87 ans fera la promotion de Meat the Future pour présenter la viande cellulaire comme une alternative écologique. Cette dernière étant responsable à elle seule de 14,5 à 16,5 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique.

Le programme de la conférence des Nations Unies pour le climat compte aussi la projection de Eating Our Way to Extinction. Ces initiatives ont pour but de persuader les dirigeant·e·s mondiaux d’inclure l’agriculture animale dans toutes les discussions sur la crise climatique.

« Je suis enthousiasmé par le documentaire parce qu’il est axé sur la solution », a déclaré Jane Goodall. « Le film propose une façon d’aller de l’avant, de réduire le méthane, de réduire l’utilisation de l’eau et des terres, d’atténuer la souffrance des animaux et de prévenir de futures éclosions virales. J’espère que cela stimulera votre imagination et inspirera le changement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de commenter
Insérez votre nom ici

Vous aimerez aussi

Le meilleur de
     Vegan Magazine ✨ 

Pour être au courant des dernières actualités, événements et bons plans trouvés pour vous.

Fermer la fenêtre

Merci !