Le guide ultime des meilleurs déodorants naturels et cruelty-free

 

Entre composants chimiques douteux et tests sur les animaux, les déodorants traditionnels ne brillent pas toujours par leur transparence.
C’est pourquoi Vegan Magazine fait le point, et vous propose des déodorants naturels, vegan et efficaces.

Photographie de page d’accueil : © Alexis Garcia

Déodorant ou anti-transpirant

Les deux ter­mes sont fréquem­ment util­isés mais les deux n’ont pas les mêmes pro­priétés. Alors que le déodor­ant bloque les odeurs de tran­spi­ra­tion, l’anti-transpirant bloque la tran­spi­ra­tion elle-même.

Le déodor­ant masque les odeurs grâce à dif­férents ingré­di­ents (huiles essen­tielles, par­fum, etc.), il peut égale­ment élim­in­er et empêch­er la prop­a­ga­tion des bac­téries à l’origine de l’odeur.

L’anti-transpirant, quant à lui, bouche les glan­des sudori­pares qui sécrè­tent la sueur. C’est l’aluminium qui est fréquem­ment util­isé et que l’on retrou­ve sur l’é­ti­quette des pro­duits sous le nom de « alu­mini­um chlorhy­drate ». Il faut not­er qu’un pro­duit se décrivant comme déodor­ant unique­ment peut con­tenir des sels d’a­lu­mini­um, il con­vient donc de bien lire la com­po­si­tion.

Sels d’aluminium et environnement

L’aluminium est la matière la plus couram­ment util­isée dans la fab­ri­ca­tion des anti-tran­spi­rants, sous forme de « sel d’aluminium ». C’est le fameux ingré­di­ent qui a pour effet de bouch­er les pores et ain­si dimin­uer la suda­tion. Ce métal léger est inévitable­ment issu de mines ouvertes qui procè­dent à l’extraction de baux­ite, la roche dans laque­lle on trou­ve l’alumine. En plus d’altérer le paysage et détru­ire toute la nature envi­ron­nante, les mines d’aluminium procè­dent à un chauffage à 1000°C du baux­ite, indis­pens­able à la récolte de l’aluminium. Par les quan­tités astronomiques d’eau et d’énergie néces­saires à sa fab­ri­ca­tion, l’aluminium se révèle être une matière extrême­ment peu écologique. Le seul point écologique est qu’il est une matière infin­i­ment recy­clable.

Des risques pour la santé

De forts doutes sub­sis­tent dans la com­mu­nauté sci­en­tifique sur le lien de causal­ité entre le sel d’aluminium et la mal­adie d’Alzheimer mais égale­ment sur l’apparition de can­cers du sein. De plus, en blo­quant les pores, les sels d’a­lu­mini­um empêchent l’é­vac­u­a­tion des tox­ines du corps, prévue par la tran­spi­ra­tion. Les sels d’a­lu­mini­um ne sont pas les seuls com­posants incrim­inés, parabènes et autres per­tur­ba­teurs endocriniens sont en effet égale­ment mis en cause.
Face à ces con­tro­ver­s­es, on con­seillera donc d’appliquer plutôt le principe de pré­cau­tion et de priv­ilégi­er les déodor­ants label­lisés aux anti-tran­spi­rants.

Comment passer d’un déodorant classique à un déodorant naturel

Les déodor­ants clas­siques jon­g­lent avec les molécules de syn­thèse pour être effi­caces sur tous les corps et cela dès l’ap­pli­ca­tion. Les déodor­ants naturels deman­dent à l’in­verse plus de patience. Une for­mule con­vien­dra à une per­son­ne mais pas for­cé­ment à une autre car toutes les peaux ne réagis­sent pas de façon égale à un même act­if.

En out­re, comme de nom­breuses mar­ques de déodor­ants naturels le con­seil­lent, il fau­dra laiss­er au corps le temps de s’habituer à une nou­velle for­mule pour vrai­ment prof­iter des effets du nou­veau déodor­ant.

9 déodorants naturels, vegan et efficaces

Les déodor­ants naturels font la part belle à des ingré­di­ents clefs, que l’on retrou­ve dans la plu­part d’entre eux. On y retrou­ve par exem­ple le bicar­bon­ate de soude, la pierre d’alun, l’oxide de zinc, l’arrow-root ou encore la fécule de maïs. Veg­an Mag­a­zine vous pro­pose une sélec­tion qual­i­ta­tive, pour assur­er des ais­selles au frais.

1. Déodorant solide Pachamamaï

 

Très pra­tique dans sa boîte en métal, le déodor­ant Pachama­maï s’u­tilise en le mouil­lant puis en le frot­tant con­tre l’ais­selle. Il garan­tit une journée sans odeur.
13,90 euros sur pachamamaï.com

2. Déodorant Nuudcare

Dans un tube fab­riqué à par­tir de sucre de canne, et avec des com­posants naturels veg­an, le déodor­ant de la mar­que Nuud­care cherche à cocher toutes les cas­es.
Pour l’u­tilis­er on applique un peu de crème entre les doigts et on l’ap­plique sur les ais­selles.
12,95 euros sur nuudcare.fr

3. Déodorant crème Soapwalla

Soap­wal­la est un déodor­ant crème :
pour l’u­tilis­er on dépose un peu de matière sur les doigts et on l’ap­plique
uni­for­mé­ment sur les ais­selles. Il néces­site de se laver les mains ensuite.
17,90 euros sur univeda.fr

4. Déodorant solide Aromaco de Lush

Le déodor­ant Aro­ma­co de Lush s’u­tilise en frot­tant sur l’ais­selle. Avan­tage : le pro­duit sur les mains part à l’eau en une sec­onde. Sa bonne odeur, elle, tient toute la journée.
8,95 euros sur lush.com ou en bou­tique

5. Déodorant solide au palmarosa, Lamazuna

Mar­que engagée dans le zéro-déchet, Lamazu­na pro­pose un déodor­ant solide 100% naturel plébisc­ité par la com­mu­nauté beauté veg­an et naturelle.
9,90 euros sur lamazuna.com ou en mag­a­sin biologique

6. Déodorant Fine

Le déodor­ant Fine se situe plutôt dans le haut-de-gamme. Il promet effi­cac­ité et sen­teur sub­tile, dans un embal­lage tra­vail­lé. Il est pro­posé en sen­teur Men­the, Cèdre Berg­amote, Vétiv­er géra­ni­um, mais égale­ment dans une ver­sion inodore, sans huile essen­tielle ni par­fum.
28 euros sur fine-deodorant.com

7. Lingettes déodorantes Pacifica

 

À base de lait de coco et d’huiles essen­tielles,
ces lingettes déodor­antes sont biodégrad­ables et naturelles.
9,90 euros sur biggreensmile.fr

8. Déodorant solide Les Savons de Joya

 

Si son pack­ag­ing ne paie pas de mine, ce déodor­ant solide n’en est pas moins effi­cace et dans une gamme de prix très abor­d­ables. Il s’u­tilise directe­ment sur la peau. Fab­riqué sans huile essen­tielle, il assure pour­tant une journée sans mau­vaise odeur.
5,90 euros sur lessavonsdejoya.com

9. Déodorant Jason à l’aloé vera

 

Ce déodor­ant au design plus que banal n’en est pas moins effi­cace. Si l’on peut lui reprocher son embal­lage plas­tique, il reste un des rap­ports qual­ité-prix les plus intéres­sants de notre liste.
6,50 euros sur véganie.com

Arti­cles liés