Entre composants chimiques douteux et tests sur les animaux, les déodorants traditionnels ne brillent pas toujours par leur transparence.
C’est pourquoi Vegan Magazine fait le point, et vous propose des déodorants naturels, vegan et efficaces.

Photographie de page d’accueil : © Alexis Garcia

Déodorant ou anti-transpirant

Les deux termes sont fréquemment utilisés mais les deux n’ont pas les mêmes propriétés. Alors que le déodorant bloque les odeurs de transpiration, l’anti-transpirant bloque la transpiration elle-même.

Le déodorant masque les odeurs grâce à différents ingrédients (huiles essentielles, parfum, etc.), il peut également éliminer et empêcher la propagation des bactéries à l’origine de l’odeur.

L’anti-transpirant, quant à lui, bouche les glandes sudoripares qui sécrètent la sueur. C’est l’aluminium qui est fréquemment utilisé et que l’on retrouve sur l’étiquette des produits sous le nom de « aluminium chlorhydrate ». Il faut noter qu’un produit se décrivant comme déodorant uniquement peut contenir des sels d’aluminium, il convient donc de bien lire la composition.

Sels d’aluminium et environnement

L’aluminium est la matière la plus couramment utilisée dans la fabrication des anti-transpirants, sous forme de « sel d’aluminium ». C’est le fameux ingrédient qui a pour effet de boucher les pores et ainsi diminuer la sudation. Ce métal léger est inévitablement issu de mines ouvertes qui procèdent à l’extraction de bauxite, la roche dans laquelle on trouve l’alumine. En plus d’altérer le paysage et détruire toute la nature environnante, les mines d’aluminium procèdent à un chauffage à 1000°C du bauxite, indispensable à la récolte de l’aluminium. Par les quantités astronomiques d’eau et d’énergie nécessaires à sa fabrication, l’aluminium se révèle être une matière extrêmement peu écologique. Le seul point écologique est qu’il est une matière infiniment recyclable.

Des risques pour la santé

De forts doutes subsistent dans la communauté scientifique sur le lien de causalité entre le sel d’aluminium et la maladie d’Alzheimer mais également sur l’apparition de cancers du sein. De plus, en bloquant les pores, les sels d’aluminium empêchent l’évacuation des toxines du corps, prévue par la transpiration. Les sels d’aluminium ne sont pas les seuls composants incriminés, parabènes et autres perturbateurs endocriniens sont en effet également mis en cause.
Face à ces controverses, on conseillera donc d’appliquer plutôt le principe de précaution et de privilégier les déodorants labellisés aux anti-transpirants.

Comment passer d’un déodorant classique à un déodorant naturel

Les déodorants classiques jonglent avec les molécules de synthèse pour être efficaces sur tous les corps et cela dès l’application. Les déodorants naturels demandent à l’inverse plus de patience. Une formule conviendra à une personne mais pas forcément à une autre car toutes les peaux ne réagissent pas de façon égale à un même actif.

En outre, comme de nombreuses marques de déodorants naturels le conseillent, il faudra laisser au corps le temps de s’habituer à une nouvelle formule pour vraiment profiter des effets du nouveau déodorant.

9 déodorants naturels, vegan et efficaces

Les déodorants naturels font la part belle à des ingrédients clefs, que l’on retrouve dans la plupart d’entre eux. On y retrouve par exemple le bicarbonate de soude, la pierre d’alun, l’oxide de zinc, l’arrow-root ou encore la fécule de maïs. Vegan Magazine vous propose une sélection qualitative, pour assurer des aisselles au frais.

1. Déodorant solide Pachamamaï

Très pratique dans sa boîte en métal, le déodorant Pachamamaï s’utilise en le mouillant puis en le frottant contre l’aisselle. Il garantit une journée sans odeur.
13,90 euros sur pachamamaï.com

2. Déodorant Nuudcare

Dans un tube fabriqué à partir de sucre de canne, et avec des composants naturels vegan, le déodorant de la marque Nuudcare cherche à cocher toutes les cases.
Pour l’utiliser on applique un peu de crème entre les doigts et on l’applique sur les aisselles.
12,95 euros sur nuudcare.fr

3. Déodorant crème Soapwalla

Soapwalla est un déodorant crème :
pour l’utiliser on dépose un peu de matière sur les doigts et on l’applique
uniformément sur les aisselles. Il nécessite de se laver les mains ensuite.
17,90 euros sur univeda.fr

4. Déodorant solide Aromaco de Lush

Le déodorant Aromaco de Lush s’utilise en frottant sur l’aisselle. Avantage : le produit sur les mains part à l’eau en une seconde. Sa bonne odeur, elle, tient toute la journée.
8,95 euros sur lush.com ou en boutique

5. Déodorant solide au palmarosa, Lamazuna

Marque engagée dans le zéro-déchet, Lamazuna propose un déodorant solide 100% naturel plébiscité par la communauté beauté vegan et naturelle.
9,90 euros sur lamazuna.com ou en magasin biologique

6. Déodorant Fine

Le déodorant Fine se situe plutôt dans le haut-de-gamme. Il promet efficacité et senteur subtile, dans un emballage travaillé. Il est proposé en senteur Menthe, Cèdre Bergamote, Vétiver géranium, mais également dans une version inodore, sans huile essentielle ni parfum.
28 euros sur fine-deodorant.com

7. Lingettes déodorantes Pacifica

À base de lait de coco et d’huiles essentielles,
ces lingettes déodorantes sont biodégradables et naturelles.
9,90 euros sur biggreensmile.fr

8. Déodorant solide Les Savons de Joya

Si son packaging ne paie pas de mine, ce déodorant solide n’en est pas moins efficace et dans une gamme de prix très abordables. Il s’utilise directement sur la peau. Fabriqué sans huile essentielle, il assure pourtant une journée sans mauvaise odeur.
5,90 euros sur lessavonsdejoya.com

9. Déodorant Jason à l’aloé vera

Ce déodorant au design plus que banal n’en est pas moins efficace. Si l’on peut lui reprocher son emballage plastique, il reste un des rapports qualité-prix les plus intéressants de notre liste.
6,50 euros sur véganie.com