Les Nouveaux Fermiers se déploie au national avec 800 points de vente

Elle enchaîne les bonnes nouvelles. Quelques semaines seulement après avoir lancé une nouvelle gamme d’aiguillettes, la startup française Les Nouveaux Fermiers célèbre son déploiement au national. Sera-t-elle le Beyond Meat français ? 

© Damien Femy

Un déploiement fracassant sur le marché français 

La start­up, qui souhaite renou­vel­er les imag­i­naires asso­ciés aux sim­ili-carnés en pro­posant un goût et une tex­ture encore jamais égalés sur le marché français, con­solide sa présence dans nos rayons. Elle sera désor­mais présente dans l’ensemble des mag­a­sins Auchan, Géant, Casi­no et Mono­prix — ce qui représente plus de 800 points de vente au nation­al — annonce-t-elle dans un com­mu­niqué daté du 18 novem­bre 2020. Une réus­site, quelques mois seule­ment après son pre­mier lance­ment — et dans un con­texte san­i­taire peu évi­dent pour les acteurs économiques de l’alimentaire.  

Elle tra­vaille par ailleurs déjà en par­al­lèle avec plus de 200 restau­rants parte­naires (dont Le Camion Qui Fume, PNY, HANK, Wholy­wood, Mai­son Nomade…), l’idée étant d’entrer au con­tact de nou­veaux pro­fils de consommateur·rice·s et de con­tribuer à la démoc­ra­ti­sa­tion de la viande végé­tale en France.

Le new player conforte son rôle dans la transition alimentaire 

Que ce soit avec ses steaks, ses aigu­il­lettes, ou encore ses nuggets, Les Nou­veaux Fer­miers s’attaque aux “basiques” que l’on retrou­ve dans les assi­ettes de nombreux.ses français·e·s. La rai­son en est sim­ple. L’ambition de la start­up, qui a déjà par­cou­ru un long chemin depuis sa sor­tie du bois au début de l’année 2020, con­siste à accom­pa­g­n­er la tran­si­tion ali­men­taire des flexitarien·ne·s. Elle souhaite for­muler des recettes de pro­duits qui se cuisi­nent comme la viande et s’intègrent à des pré­pa­ra­tions sim­i­laires (pâtes bolog­naise, burg­er végé­tal, tacos…), mais qui en présen­tent un bilan écologique bien moin­dre. Son petit dernier — un haché végé­tal sor­ti fin octo­bre 2020 — ne fait pas excep­tion, s’apprêtant au four ou à la poêle rapi­de­ment et repro­duisant la sig­na­ture aro­ma­tique de son équiv­a­lent carné. Afin de coller au mieux aux attentes de con­som­ma­tion d’aujourd’hui, la pépite française s’attache à soign­er le dia­logue avec sa clien­tèle, comme avec les restau­ra­teurs et enseignes parte­naires. Comme le pré­cise Antoine Béchu-Pochez, directeur mar­ket­ing de Les Nou­veaux Fer­miers, “C’est parce qu’on a eu beau­coup de retour pour avoir ce pro­duit (…) que c’est le pre­mier que nous avons fab­riqué avec et pour la com­mu­nauté”.

 

Arti­cles liés