Joaquin Phoenix remporte un Oscar et livre un discours pour la cause animale

Vegan de longue date, Joaquin Phoenix gagne l’Oscar 2020 du meilleur acteur pour son rôle dans Joker. Il en a profité pour livrer un discours émouvant en faveur de la cause animale.

 

Joaquin Phoenix, qui reçoit l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Jok­er, a prof­ité de l’événe­ment d’en­ver­gure pour livr­er un dis­cours poignant : “Ça fait un moment que je pense à toutes les prob­lé­ma­tiques aux­quelles on fait face col­lec­tive­ment. Et moi, j’y vois une prob­lé­ma­tique com­mune” .

Lors des BAFTA, l’ac­teur de Jok­er s’en était pris au racisme sys­témique de la société. Lors de la céré­monie des Oscars, il en a prof­ité pour se faire le porte-voix de l’ensem­ble des injus­tices : “On essaie de nous faire croire que l’on se bat pour des caus­es dif­férentes. Mais quand l’on par­le d’é­gal­ité des gen­res, du racisme, des droits des homo­sex­uels, des droits des autochtones ou des droits des ani­maux, on par­le de lutte con­tre l’in­jus­tice. Une espèce, un genre ou une nation ne saurait domin­er, user, exploiter les autres sans impunité. Je ne peux m’y résoudre”

Il a aus­si insisté sur la vio­lence causée par l’hu­main sur la nature et aux ani­maux :  “Je pense qu’on est décon­nec­té du monde de la nature et une des caus­es est notre égo­cen­trisme, notre croy­ance selon laque­lle nous sommes le cen­tre de l’u­nivers. On va dans la nature et on pille ses ressources. On se sent en droit d’in­sémin­er des vach­es arti­fi­cielle­ment et lorsqu’elle donne nais­sance, de lui vol­er son bébé, même quand ses cris ne peu­vent pas être plus par­lants. Et ensuite on prend son lait, des­tiné à son veau, pour le met­tre dans notre café et nos céréales.”

“La peur vient du change­ment per­son­nel parce qu’on a l’im­pres­sion que l’on doit sac­ri­fi­er quelque chose, d’a­ban­don­ner quelque chose, mais les êtres humains quand ils sont à leur meilleur, sont créat­ifs et ingénieux. Et quand on utilise l’amour et la com­pas­sion comme guide, on peut créer et dévelop­per des sys­tèmes qui béné­fi­cient à tous les êtres sen­tients et à l’en­vi­ron­nement” a‑t‑il ajouté.

Il admet égale­ment : “Dans ma vie, j’ai été égoïste, j’ai pu être cru­el aus­si, mais cha­cun d’en­tre vous dans cette salle m’a offert une sec­onde chance de grandir et de m’é­du­quer, et c’est là où on se trou­ve le meilleur, lorsque l’on se sou­tient mutuelle­ment, pas quand on raye défini­tive­ment une per­son­ne à cause de ses erreurs passées.”

Arti­cles liés

Recevez le meilleur de Vegan Magazine ✨

Pour être au courant des dernières actu­al­ités, événe­ments et bons plans trou­vés pour vous.

En vous inscrivant vous acceptez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité