Le chef étoilé Alain Ducasse ouvre un restaurant (très) vegan-friendly à Paris

Alain Ducasse a ouvert son nouveau restaurant parisien nommé Sapid. Une adresse axée sur le végétal, sous la forme d’un réfectoire entièrement digitalisé à la cuisine durable et accessible au plus grand nombre.

(c) Sapid

Le chef Alain Ducasse a ouvert début septembre 2021 un nouveau restaurant axé sur la cuisine végétalienne, aux cotés aux côtés de son chef Romain Meder. Situé au 54, rue de Paradis à Paris, Sapid met l’accent sur le manger sain avec de nombreux plats végétaliens et d’autres utilisant des produits animaux existant « sous forme d’assaisonnement« . « Il était naturel que nous puissions démontrer qu’il est possible de créer un restaurant où les plantes sont la référence« , explique Ducasse.

Pouvant accueillir 50 couverts, l’enseigne a une particularité : il n’y pas de service à table, les commandes se font à deux bornes ou à l’avance sur le site du restaurant. À la carte, le végétal et la simplicité sont mis à l’honneur avec par exemple des carottes étuvées avec une bolognaise de lentilles et des épices, ou en dessert, des pêches jaunes pochées accompagnées de tofu de chanvre. Le chef le plus étoilé au monde a également fait le choix de tarifs abordables, oscillants entre 7 et 14 €.

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @sapid_fr

L’ambition première du restaurant est de tenir compte « des ressources limitées » de la planète. Ducasse explique à France Info que l’environnement et la crise sanitaire lui ont inspiré ce changement, mais aussi l’évolution de l’appétit des convives. “Les gens ne sont plus aussi intéressés par les produits carnés”.

Sapid, c’est un réfectoire, tout y est en second usage. On a acheté de la vaisselle déclassée, on a réutilisé des verres qu’on avait dans les placards. Les tables ont 140 ans”, raconte le chef monégasque, qui compte pas moins de 21 étoiles Michelin. « Ce qui a changé, c’est l’attention portée à la manière de mieux manger. Les hommes comme les femmes font attention à leur santé« , ajoute-t-il.

1 COMMENTAIRE

  1. Pour l’impact environnemental évidemment, mais c’est aussi la souffrance animale, quand on voit tout ce massacre d’animaux que cela engendre pour la consommation et pour les animaux comme pour la pisciculture, on donne à manger du poisson pêché en intensif à d’autres poissons qui est consommé ensuite. Sans compter les dommages collatéraux qui sont les conséquences de toutes les pêches industrielles. Des massacres de beaucoup d’autres espèces animales marines qui sont rejetées à la mer car elles ne sont pas consommables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de commenter
Insérez votre nom ici

Vous aimerez aussi

Le meilleur de
     Vegan Magazine ✨ 

Pour être au courant des dernières actualités, événements et bons plans trouvés pour vous.

Fermer la fenêtre

Merci !